Frais de port offerts en France avec le code FDPCKDO dès 45€ de panier

L’IMPORTANCE DE LA PRÉPARATION DE SON PROJET D’ALLAITEMENT DÈS LA GROSSESSE

De nombreuses mamans nous le disent régulièrement : elles auraient beaucoup aimé qu’on leur parle d’allaitement pendant les derniers mois de leur grossesse. Or, en France, le sujet reste encore tabou et l’image de l’allaitement maternel qui se fait de façon innée et naturelle est encore bien présente. On parle d’ailleurs souvent de cours de préparation à l’accouchement ou à la maternité mais la thématique de l’allaitement y est encore très peu abordée.

C’est le constat qu’a également fait Stéphanie, la fondatrice de VanillaMilk. Elle a donc créé une plateforme web, nationale et gratuite pour offrir aux futures mamans un accès facilité aux informations essentielles. Et elle leur permet surtout d’identifier près de chez elles des personnes ressources, des professionnels qualifiés, des associations… et même d’autres mamans avec qui échanger.

Nous avons donc souhaité creuser le sujet avec Stéphanie pour en savoir davantage et obtenir quelques conseils ! Alors, finalement, pourquoi est-il si important de se préparer à allaiter lorsqu’on est enceinte ? Et surtout comment faire ?

 

                                                                                                           Bonne lecture !

 

 

 

 

Conseil n°1 : S’écouter et se faire confiance

Avant toute chose, s’il ne devait y avoir qu’un conseil à retenir avant d’être maman, en matière d’allaitement mais aussi de manière générale, ce serait celui-ci : faites-vous confiance et écoutez-vous !

Qui mieux que vous sait ce qu’il y aura de mieux pour votre bébé. Vous seule saurez l’observer, l’écouter, le comprendre mieux que quiconque. De nombreuses mamans vous le diront, n’ayez jamais peur de discuter de vos impressions, observations et ressentis avec les professionnels qui vous accompagnent.

Quant à votre capacité à produire assez de lait pour votre bébé, surtout ne vous en faites pas ! Ne doutez de vous à aucun moment !

 

 

Conseil n°2 : S’interroger et échanger

On ne le dira jamais assez, le choix d’allaiter ou pas son bébé est un choix personnel qui doit se faire en pleine conscience, de façon réfléchie et à l’aide d’informations vérifiées.

L’avantage de passer un peu de temps dès la grossesse sur cette question fondamentale réside dans la sérénité et l’absence de pression qui s’en suivront à la naissance de bébé.

Quelle que soit la décision de la maman, si celle-ci a été mûrement réfléchie et assumée, le mode d’allaitement choisi le sera tout autant !

 

Quelques exemples de premières questions à poser à son « soi intérieur » :

  • « A priori, quel choix m’attire plus qu’un autre ? Pour quelles raisons ? Ces raisons sont-elles fondées ? Ou juste des impressions ou idées reçues à vérifier ? » 
  • « Quelle est ma vision de l’allaitement maternel ? »
  • « Ai-je déjà eu dans mon entourage une maman qui a allaité son bébé ? Qu’en avais-je alors pensé ? »...

 

Et cette phase de réflexion personnelle peut/doit aussi passer par une phase d’échanges :

  • En priorité, avec son conjoint ou sa compagne : quelle est sa position sur le sujet ? Comment voit-il/elle les choses ? Comment pourra-t-il/elle aider dans telle ou telle situation ?...
  • Mais aussi ses amies, sa maman, belle-maman, ses sœurs, belles-sœurs… : Ont-elles allaité ? Si oui, combien de temps ? Que pensent-elles des alternatives ? Y a-t-il des choses qu’elles auraient aimé savoir dès la grossesse ?...
  • Enfin, si possible, n’oublions pas ses collègues (femmes) pour anticiper la reprise du travail : sont-elles mamans ? Ont-elles eu leur bébé alors qu’elles étaient déjà employées dans cette entreprise ? Ont-elles allaité ? Si oui, comment se sont-elles organisées à la reprise ? Connaissent-elles la « politique » interne en matière de retour de congé maternité ? Y a-t-il une salle mise à disposition des mamans qui souhaitent tirer leur lait ?...

 

Peu importe la richesse des discussions voire des débats qui pourront alors naître, il est fondamental pour la future maman de se rappeler que le choix doit toujours rester le sien !

 

 

Conseil n°3 : S’informer

Il est fréquent d’entendre les témoignages de mamans de deux enfants ou plus qui disent avoir « raté » leur premier allaitement par manque d’information reçue pendant la grossesse.

Et par information, elles ne veulent pas forcément dire « technique » ou « position pour allaiter » qui sont généralement ce qui est abordé dans les cours de préparation à l’allaitement.

 

Elles font plutôt référence, par exemple :

  • Au fait que tous les professionnels de la maternité et périnatalité ne sont pas nécessairement formés en allaitement maternel et qu’il est donc fort possible que les discours s’opposent, se contredisent au sein d’une même équipe…,
  • À l’importance des premières heures passées avec bébé et du fameux « peau à peau »,
  • À des termes, accessoires ou concepts spécifiques à avoir lu au moins une fois (ex : colostrum, DAL, coquillages, coussinets, lactarium, mastite, pics de croissance…). VanillaMilk a d’ailleurs créé un dico avec de courtes définitions spécialement pour les futures mamans,
  • À des livres ou vidéos qu’elles auraient aimé parcourir avant le fameux jour J ou juste avoir à portée de main dès la maternité,
  • Aux bienfaits moins connus de l’allaitement maternel pour leur santé, pour l’éveil du goût chez bébé, pour le lien créé, pour leur sommeil, pour la planète, pour le portefeuille…,
  • Aux différentes façons pour le conjoint ou la compagne de tenir un rôle quand la maman allaite,

 

Attention, nous ne sommes pas en train de dire qu’il est nécessaire de devenir dès la grossesse une véritable pro en allaitement maternel. En revanche, ce sera toujours du temps gagné si vous pouvez au moins identifier (et mettre en favoris) les sites et sources où trouver rapidement de l’information pertinente et de qualité le moment venu.  

 

Conseil n°4 : S’entourer de personnes bienveillantes et compétentes 

70% des mamans allaitantes ou ayant allaité ont reconnu se sentir isolées à leur retour de la maternité*.

Notre dernier conseil aux futures mamans, et non des moindres, sera donc de s’entourer dès la grossesse et surtout de s’entourer des bonnes personnes.

 

Il y a notamment une profession et un diplôme qui manquent cruellement de visibilité dans notre pays :

  • La profession de Consultante en Lactation IBCLC qui est une certification internationale qu’il est nécessaire de renouveler tous les 5 ans,
  • Et le Diplôme Universitaire en Allaitement Maternel qui est ouvert aux professionnels de la périnatalité en complément de leur formation initiale.

 

Ces deux types de professionnels sont référencés sous la catégorie « Experts » sur la carte VanillaMilk. C’est vers eux que les futures et jeunes mamans allaitantes sont à orienter en priorité pour préparer leur allaitement puis gérer d’éventuelles difficultés ou situations.

 

Ensuite, il y a d’autres professions ou spécialités qu’il est bon de connaître, ne serait-ce que de nom, lorsqu’on est enceinte. Ces professionnels peuvent en effet également débloquer de nombreuses situations. Ce sont par exemple les ostéopathes et chiropracteurs qui prennent en charge les nourrissons, les diététiciens-nutritionnistes formés en intolérances ou allergies, les ORL formés en freins restrictifs**, les orthophonistes formés en troubles de l’oralité…

Sur la carte VanillaMilk, ils sont les professionnels « Aidants ».

 

Enfin, les mamans n’osent pas forcément aborder le sujet entre elles mais échanger, se soutenir, se voir, partager… reste l’un des meilleurs moyens de se sentir en confiance et rassurée avec sa grossesse, son allaitement et sa maternité. Pour cela, des associations locales ou nationales existent. Elles organisent régulièrement des groupes de discussions, des ateliers, des goûters… N’hésitez pas à « pousser leurs portes » ! Elles sont à retrouver, elles aussi, sur VanillaMilk.

Encore une fois, la confiance en soi, la préparation et l’accompagnement sont les clés d’un allaitement serein.

Et puis peu importe que vous n’allaitiez finalement que quelques heures, quelques jours voire pas du tout, l’essentiel est que vous et votre petite famille alliez bien et que votre nouvelle vie se mette en place doucement dans votre petite bulle de bonheur !

 

 

 

 

 

* Enquête VanillaMilk réalisée en France auprès de plus de 1 000 mamans allaitantes ou ayant allaité - Mars 2018

** Chez le bébé, s’il est trop court, un frein de langue ou de lèvre peut empêcher son bon positionnement pour téter.

 

 Photo : BertillePics, LucieBataille, Jauraipumappelermarcel, Mesenfantsauvages, Charliemavie

 

 

allaitement bébé Bien-être Conseils Femme enceinte Future maman Info pratiques Maman Semaine de l'allaitement

← Article précédent